Personnes - mixte - puzzles en ligne

Le rivetage est un assemblage de pièces à l'aide de rivets. C'est un assemblage définitif, c’est-à-dire non démontable sans destruction de l'attache. Quoiqu'il existe depuis peu[Quand ?] un type de rivet imprimant une liaison de type hélicoïdale, lors du montage, dans son logement, permettant ainsi un démontage et un remontage ultérieur sans destruction du rivet.

Un autre procédé beaucoup plus élaboré est le rivetage par fluage radial : ce système est de nos jours le plus fiable des assemblages rivetés.

Ce mode d'assemblage a connu une très large utilisation dans l'assemblage métallique au XIXe siècle avant l'apparition de la soudure oxy-acétylénique : employé en rivetage « à chaud », il permettait un assemblage très résistant et de faible encombrement. On le trouvait utilisé pour l'assemblage des chaudières, la construction en charpente métallique (bâtiments, ponts, ouvrages d'art, …), montage de grilles, portiques, rails. Il a longtemps été employé en construction navale car les tôles n'étaient pas déformées par la chaleur comme dans le cas du soudage.

La tour Eiffel a été assemblée avec 2 millions de rivets. Le navire Normandie a utilisé 11 millions de rivets.

À cette époque le travail était manuel et la pose d'un rivet demandait le travail de trois personnes : le « chauffeur » qui chauffait le rivet et l'introduisait dans le trou, le « teneur de tas » qui maintenait le rivet avec un outil spécial (le « tas ») et le « riveur » qui, à l'opposé, frappait la partie chaude avec une bouterolle afin de former la tête.